Mardi 5 juin 2012 2 05 /06 /Juin /2012 23:13

Quatrième de couverture :

La vie de Raoul Tubiana c’est l’essor de la chirurgie de la main, à laquelle il a tant contribué. Les désordres du siècle ont transformé une profession en destin, pour le petit garçon né dans les senteurs de la terre algérienne, tôt frappé par la disparition d’un frère et d’une mère, qui le rendront encore plus apte à comprendre la douleur physique et morale d’autrui.

9782704811144A l’école des grands patrons, se joignit celle de la guerre, où Raoul Tubiana rencontra deux fois le général de Gaulle, en Algérie et en Corse. Quinze ans, nuit et jour, il fut au service des grands brûlés.

A Paris, comme à travers le monde, où consultations et conférences le conduisirent en Amérique et au Mexique notamment, peu sont en mesure de se rappeler qu’au sortir d’une salle d’opération, ce médecin féru d’art et de littérature, avait rendez-vous avec des créateurs tels qu’Audiberti, René Char, Alberto et Diego Giacometti, Zao Wou-ki, ou Tamayo. De singulier patients…

Peu furent aussi étroitement liés que lui à Marie Bonaparte, à Coco chanel, à Dina Vierny, à Louise de Vilmorin et à l’éblouissante découverte de Saint-Ttropez…

Ce célèbre chirurgien a quitté ses gants pour se consacrer aux mains des musiciens. N’est-ce pas à ces derniers qu’il emprunte le phrasé de ses souvenirs ? Souvenirs qui sont autant de variations sur le siècle.

 

Cette autobiographie se lit comme on écoute un vieux parent qui se raconte. Ce n’est pas désagréable, cela a la saveur d’une légère nostalgie, ce peut paraître quelque fois un peu décousu… bref on n’est pas dans du romanesque.

Les chapitres sont relativement courts et traitent d'une thématique propre. Ainsi, « Mon Saint-Tropez » raconte la découverte de cette ville par l'auteur quand il avait 18 ans et sa rencontre avec Colette. Il n'y a pas forcément de liens entre les chapitres, je n'ai pas trouvé non plus de réelle progression dans le récit, à part chronologique, et encore pas toujours. Du coup, c'est quelque fois difficile de s'y retrouver.

C'est un récit à la fois intime et distant. Distant, car il n'y a pratiquement pas d'anecdote sur des personnages familiaux (femme ou enfant) on sait que l'auteur a divorcé et qu'il s'est remarié, mais c'est à peu près tout. Sa seconde femme est plus présente, mais on ne sait pas grand chose d'elle finalement. De même, j'ai été déçue par le peu d'information sur sa progression professionnelle. Une fois ou deux, il utilise des termes médicaux abscons, peut être pour faire plus réaliste ?

Au fil des pages, on découvre un médecin bien plus épris des arts et des lettres que des sciences, alors qu'il nous affirme avoir passé des années à travailler à l’hôpital comme un fou (raison de son divorce?)

J'aurai aimé en savoir plus sur ses sentiments alors qu'il décrit comme une banalité, seulement à coup d'anecdotes, ses rencontres extraordinaires (les frères Giacometti, Coco Chanel...)

Il me semble que ce livre survole son auteur, je suis restée un peu sur ma faim. C'est dommage car j'espérais en savoir plus sur cet homme peu connu et pourtant tellement important pour la chirurgie des mains.

Mais, soyons indulgent, né le 20 août 1915, l'auteur a aujourd'hui presque 97 ans !

Bravo quand même Monsieur Tubiana !

 

Par vhs - Publié dans : biographie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.net

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés