Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 21:51

242585-0

En lisant la quatrième de couverture, on a l'impression que tout est dit.

 

"Biologiste dans les laboratoires français de la multinationale Rexmond, Alan vit paisiblement entre sa femme Hélène, leur petit garçon et le chat. Le couple s'est pris d'amitié pour Antoine, jeune chercheur fantasque et inspiré, persuadé d'avoir fait une découverte révolutionnaire: le moyen de rendre les végétaux autonomes et sans racines... Amusé et intrigué, Alan accepte d'expérimenter sur un rosier installé chez lui le procédé mis au point par son collègue.

Il ne sait pas encore qu'il vient de faire un premier pas vers le cauchemar. De cette expérience anodine, presque une blague d'étudiant, va surgir un danger terrifiant susceptible de bouleverser les conditions de la vie sur toute la planète. Surtout lorsqu'un lobby militaire et industriel sans scrupule croit avoir trouvé l'arme absolue... Dans ce suspense au parfum mortel, l'auteur du sang des roses explore, aux limites du fantastique, les secrets d'un monde vénéneux. "

 

Et, c'est un peu vrai.

Pourtant, l'histoire de ce scientifique qui invente un procédé afin que les plantes s'affranchissent de la terre nouricière tient plus de la science fiction que du fantastique, à mon point de vue.

L'écriture est simple, efficace et variée avec des changements de point de vue (passage de la première personne du singulier à la troisième). Ces changements sont indiqués au début de chaque chapitre (le nom du narrateur est en titre)

Mais l'intrigue, me demanderez-vous... Malgré l'invraisemblance de l'histoire (on a un peu de mal à imaginer un rosier sortir tout seul de son pot pour aller courir la campagne), le suspense est bien présent. Les surprises ne manquent pas. Jusqu'au bout, et je dirais même au-delà... Je ne regarde plus mes fleurs de la même façon.

 

Mais surtout, ce livre jette un pavé dans la mare des collusions entre les multinationales et les états. Au cas où certains d'entre nous auraient eu encore des doutes...  Evidemment, cela ne laisse pas beaucoup d’espoir, c’est peut être la seule chose que je reprocherais à ce bon petit bouquin.

 

A lire sans modération !

 

 

 

Lu dans le cadre du partenariat      logobob01

 

Le livre de Patrick Cauvin est édité en livre de poche

 

Partager cet article

commentaires

MONNIER 18/08/2010 11:23


Bonjour Nine,

Que de travail, je ne savais pas que tu étais passionné à ce point de littérature.
Patrick CAUVIN évoque pour moi de très lointain souvenir. Tout gamin j'avais adoré MONSIEUR PAPA, ça remonte à plus de trente ans.....
A l'avenir je n'hésiterai pas à prendre des bonnes infos dans ton blog.
Bises.
MOON


vhs 18/08/2010 19:55



Et oui, on en découvre tous les jours, j'ai toujours été grande lectrice. Je n'ai pas encore lu Monsieur Papa je n'en connais que la version filmée. Je pense que je vais me plonger dedans sans
tarder, merci! Bises itou!



isa m l 08/06/2010 20:48


ben moi celui-là, tu m'as donné envie de le lire ; tu me le prêteras ?


vhs 08/06/2010 23:04



Bien sûr! Je te l'ai déjà mis de coté.


Au fait est ce que c'est toi qui a "les derniers jours de paris"? Je ne sais plus a qui je l'ai prêté...



A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche