Lundi 12 juillet 2010 1 12 /07 /Juil /2010 12:22

9782253116042-G.jpg

Vous souvenez-vous ? J’ai acquis, suite à mon engouement pour « Lorsque j’étais une œuvre d’art », huit livres d’Eric-Emmanuel Schmitt. « L’évangile selon Pilate » fait partie du lot.

Curieux livre que voilà.

Evidement en regardant la couverture, on ne peut pas dire qu'on n’était pas prévenu. C'est vraiment un évangile, c'est à dire l'histoire de la vie de Jésus, pardon, Yéchoua en Araméen. Pour l'agnostique curieuse que je suis, je ne pouvais pas passer à coté. J'ignorais alors tout de la religion de EES (Eric-Emmanuel Schmitt). Je supposais même, naïvement, qu'il était athée. Allez savoir pourquoi! Je n'ai que l'excuse de n'avoir lu que trois livres de cet auteur et de ne jamais avoir été chercher plus loin sur son histoire personnelle. Ce que je n’ai toujours pas fait, préférant de loin découvrir l’auteur par ses écrits. Or, ici, justement, EES affirme avoir reçu la foi dans le désert. Tiens, ça me rappelle quelqu’un…

Je ne parlerai pas de l’écriture : toujours impeccable, pas un mot de trop, la phrase juste au bon moment, un vrai bonheur.

Non, je préfère me concentrer sur la structure et le fond du récit.

C’est un écrit en deux parties, suivi du « Journal d’un roman volé ».

 

Dans la première partie la position de l’auteur est osée : faire de Yéchoua le narrateur de sa propre histoire, nous présentant ses doutes, la découverte de sa destinée, de ses miracles et sa façon de réagir face à cette notoriété non maitrisée. De même, ce point de vue pour le moins étonnant (mais que je partage) de faire du traitre le complice conscient et désespéré de la crucifixion de celui qu’il révérait. Une vision qui a au moins le mérite de recadrer les choses dans un réel crédible. J’apprécie cette forme plus terre à terre que les Evangiles classiques mais au combien plus percutante. Pour un peu, j’aurai envie d’y croire !

 

La seconde partie, sous forme épistolaire, est le recueil des lettres de Ponce Pilate envoyées à son frère et relatant les aventures « post-mortem » de celui qu’on appelle le Christ. Il y fait part de son enquête afin de prouver une machination, (car, enfin, on ne peut ressusciter !) et du voyage initiatique qu’il devra faire pour retrouver sa chère épouse, partie à la recherche de Yéchoua en lequel elle voit le Messie annoncé.

Cette partie se termine sur la phrase prononcée par Claudia Pilate à son mari qui évoquait la fin prochaine de la secte chrétienne faute de témoin vivant de la résurrection et son désarrois à ne pas être chrétien comme elle, faute d’être obligé de croire le témoignage des autres:  « Alors, peut-être est-ce toi le premier chrétien ? »

 

Pilate, premier chrétien, Judas réhabilité, un Christ plus humain que Dieu…voilà qui ne peut pas laisser indifférent !

 

Suite à ces deux parties, une quarantaine de pages sont consacrées au contexte de l’écriture de cet Evangile. On y apprend que le manuscrit original a été dérobé et que l’auteur dû tout réécrire de mémoire en quelques semaines ce qu’il avait conçu en sept ans de travail assidu. Ponctué par des réflexions sur sa façon de voir les personnages, d’interpréter les Ecritures, ce court récit donne un éclairage indispensable à l’ensemble.

 

Bref, un livre qui ne laisse pas indifférent, que j’ai dévoré et que je conseille à tout ceux qui ont des envies de voir les choses autrement.

 

 

La quatrième de couverture :

Première partie : dans le Jardin des oliviers, un homme attend que les soldats viennent l’arrêter pour le conduire au supplice. Quelle puissance surnaturelle a fait de lui, fils de menuisier, un agitateur, un faiseur de miracles prêchant l’amour et le pardon ?

Deuxième partie : trois jours plus tard, au matin de la Pâques, Pilate dirige la plus extravagantes des enquêtes policières. Un cadavre a disparu et est réapparu vivant ! A mesure que Sherlock Pilate avance dans son enquête le doute s’insinue dans son esprit. Et avec le doute, l’idée de foi.

L’évangile selon Pilate a reçu le prix ELLE 2001.

 

 

Par vhs - Publié dans : roman philosophique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.net

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés