Samedi 25 février 2012 6 25 /02 /Fév /2012 11:09

place-defaiteLa 4ème de couverture :

« Je voudrais aider la maîtresse... »

C'est ainsi que début ce beau roman pétillant d'enfance.

Le héros, un jeune garçon qui pourrait être chacun d'entre nous, nous dévoile, page après page, son monde à lui. Un monde fait d'amour, de tendresse, de coups durs, et de beaucoup d'humour : « la première fois que je suis allé à la grande école, c'était il y a deux ans. Je disais la grande école pour faire plaisir à mes parents ! Eux, ils croyaient que je savais pas que c'était l'école élémentaire, alors que c'était écrit dessus ».

Dans ce roman fortement autobiographique, Andras Fenris nous parle de notre propre existence, de ce passé qui nous colle à la peau, du garage à Lulu, de la Triumph, des vinyles de la Callas, de Rex le chien perdu... de l'amitié et de la mort. Une belle tranche de nostalgie ».

 

Le roman est découpé en courts chapitres (parfois à peine plus d'une page). L'écriture est simple, elle colle bien à ce que pourrait penser un enfant de six ans, sans être simpliste. Les mots sont choisis avec soin, permettant à l'auteur de jouer avec eux (les os verts caractérisant la femme par exemple).

J'ai beaucoup aimé ce livre dans lequel je me suis aussi retrouvée bien que n'ayant pas eu d'enfance urbaine. Au delà des souvenirs de l'auteur, les histoires d'enfance qu'il nous raconte restent atemporelles. Évidemment le décor a changé, pourtant quel enfant n'a pas eu envie de ramener à la maison familiale (fût-ce un appartement) le chien errant qu'il venait de rencontrer ? Lequel n'a pas eu des embrouilles à l'école ? Quel petit garçon n'a-t-il pas rêvé devant sa maîtresse ?

J'ai retrouvé beaucoup de tendresse dans ce roman avec, comme dans la vie, de l'humour, du drame, et évidemment d'amour.

Un roman qui ne sent ni la naphtaline, ni la nostalgie, juste une tranche de vie d'un petit garçon où l'autobiographie est peut être présente mais suffisamment dépassée pour ne pas être pesante et faire échos à nos propres souvenirs d'enfance.

Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux quatrièmes de couvertures...

Par vhs
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés